Un immense château, des boutiques de tartan écossais, un acropole avec temple grec, puis un inoubliable souper gastronomique avec vue. Édimbourg vaut le détour.

Castle Rock est l’emblème d’Édimbourg qu’il domine du haut de sa colline rocheuse. On commence la journée par la visite de ce magnifique château.  Comme il s’agit d’un site touristique extrêmement fréquenté, il est d’ailleurs recommandé de s’y rendre tôt.  Musées, équipements militaires ( toute une salle d’armures et d’épées ), chapelles, Mons Meg ( un énorme canon du XVe siècle ), voûtes, prisons, palais royal et joyaux de la couronne, il y a tant à voir au château qu’on remplit bien l’avant-midi.

On prend aussi le temps de marcher sur les remparts pour profiter de la vue panoramique sur la ville.

Des bâtiments de l’immense et magnifique Castle Rock

Midi : la faim se pointe et, redescendant du château, nous arrivons sur Royal Mile, belle artère animée bordée de pubs, de boutiques et d’édifices historiques. Pizza sur une terrasse, ce n’est pas un choix typique, j’en conviens, mais c’est une valeur sûre quand on veut faire vite avant de s’accorder une agréable période de magasinage. Qu’est-ce qu’on achète à Édimbourg ?  Du tartan.  Il y en a partout.  Pourquoi autant de couleurs ? Elles représentent les clans.

De l’avenue Royal Mile, on tourne sur North Bridge vers la gare ferroviaire qu’on traverse, puis on tourne encore sur Princes Street vers Calton Hill, surnommée l’Acropole d’Édimbourg car on y trouve, effectivement un temple grec. Ballade relaxante dans un beau parc avec, en prime, un point de vue de 360°sur Édimbourg.

Vue sur Édimbourg depuis l’Acropole

Le temps passe vite. Déjà l’apéro, ce ne sont pas les pubs typiques qui manquent.  Nous voulions un souper mémorable pour garder un souvenir impérissable de cette ville. Pari gagné sur la terrasse du restaurant Tower sur le toit du Museum of Scotland. Le bœuf Aberdeen Angus cuit au grill était à la hauteur de nos attentes nord américaines et la vue sur le château imprenable.  Ce succulent repas rehaussé d’une ambiance chic et raffinée demeure l’un de mes meilleurs souvenirs de voyage.

Si on préfère les soupers plus animés, The Taste of Scotland Show présenté sur Priestfield Road est l’endroit pour passer une très agréable soirée à la saveur écossaise. Un cornemusier nous attend à la porte pour nous mettre dans l’ambiance dès l’arrivée. On y mange bien et une troupe nous emmène à travers chants, danses, musiques et légendes écossaises.  Les estomacs solides peuvent goûter au haggis, ce plat typiquement écossais : une panse de brebis farcie avec les gros viscères de la bête mêlés à de l’avoine. « Si vous avez déjà mangé des hot dogs vous pouvez y goûter », a ironisé l’animateur. Il avait raison, mais je me suis quand même abstenue.  Je suppose que je dois encore travailler sur ma capacité à oser l’inconnu.

Belle lumière de début de soirée sur les élégants édifices d’Edimbourg

Infos historiques :

Édimbourg est devenue la capitale de l’Écosse en 1437.

La Princes Street a été nommée en l’honneur des fils du roi Georges III. On peut y voir le monument de Sir Walter Scott, écrivain écossais (auteur d’Invahoé et de Quentin Durward), qui décrivait Édimbourg comme l’impératrice du nord.

Infos pratiques :

Même au cœur de l’été, la température dépasse rarement les 20°C. Chandail et parapluie sont des accessoires indispensables à Édimbourg.

La Old Town s’étend autour de Royal Mile entre le Castle Rock et le palais d’Holyroodhouse (résidence officielle de la reine du Royaume-Uni quand elle est en Écosse.

La Grande-Bretagne comprend l’Angleterre, l’Écosse et le Pays de Galles. Le Royaume Uni comprend la Grande Bretagne et l’Irlande du nord.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *