Il pleuvait des cordes quand nous sommes arrivés à Liverpool. Pas trop surpris, Liverpool n’a pas nécessairement bonne réputation côté météo. Notre séjour y sera court, nous l’avions planifié au quart de tour et la pluie n’allait pas nous arrêter.

Go ! Déposons rapidement nos valises à l’hôtel Ibis et traversons en courant vers Albert Dock, vite… il passe 16 heures et la dernière entrée au musée Beatles Story est dans moins d’une heure. Un cordon de velours barre l’entrée, cinq secondes de désespoir… si je viens ici une fois dans ma vie, je ne vais pas manquer ce musée quand même ! On passe outre, inquiets… puis… aucun obstacle pour nous rendre au guichet… Fiou ! « Tickets for the Fab 4 Experience please ! » Là commence une super soirée, un retour vers la Beatlemania.

Tout boomer digne de sa génération connaît l’histoire des Beatles, bien entendu, mais ce musée permet de l’explorer dans les moindres détails, qui revivent par les objets exposés : les lunettes de John, la première guitare de George… une reproduction du Cavern Club, des décors issus des chansons Strawberry field forever, Eleanor Rigby, Penny Lane, et Magical Mystery Tour, entre autres. La ballade dans l’histoire des Beatles nous emmène aussi à travers une reproduction du studio d’enregistrement et devant une affiche géante de la célèbre traversée d’Abbey Road. Plus loin, sur écrans, on voit des filles en crise d’hystérie amenées sur des civières, au plus fort de la Beatlemania. Bref, c’est un bain d’émotions qui nous retrempe directement dans l’ambiance Beatles. La dernière scène : une salle blanche, un piano blanc, une photo, les lunettes et Lennon qui chante Imagine.

Les lunettes de John

Au sortir du musée, il pleut toujours autant si ce n’est davantage. Y’aurait plein de choses à visiter à Albert Dock s’il faisait beau. Impossible sous cette flotte (si vous passez par Liverpool gardez vous quelques heures pour explorer ces anciens quais et entrepôts agréablement aménagés, en vous souhaitant une température plus clémente). Avant de ressembler à une famille de canards sur le point de se noyer, nous sautons dans un black cab vers l’Hôtel Hard days night pour aller souper. Conséquents avec nous-mêmes, Paul, John, Ringo et George, nous sommes venus jusqu’ici pour passer toute la soirée avec vous. Le restaurant du Hard days night hotel s’appelle Blakes, c’est chic, beau décor, et on y mange très bien. On nous assigne une table sous une photo géante de John. Santé, on ne t’oublie pas !

Du restaurant au Cavern club, là où ils ont commencé à chanter, entre 1961 et 1963, il n’y a que quelques pas. La salle est au troisième sous-sol, en tout cas, il faut descendre plusieurs escaliers. L’émotion est à son comble, quand, assise à deux pas de la scène, je m’imagine les voir là, tout près, tous les quatre, il y a 50 ans. Déjà!! Le lieu n’est pas d’origine, mais reconstruit avec les mêmes pierres. Qu’importe, on sent leur présence. Les Beatles habitent encore ce lieu mythique et se réincarnent à travers de jeunes chanteurs. Celui qui donnait le spectacle ce soir-là portait la coupe de cheveux typique, le col roulé, le veston brun et il reprenait leurs grands succès dans le même ton. C’était magique !

 

Pour revoir les Beatles chanter sur cette scène surmontée d’une voûte : http://www.youtube.com/watch?v=90Li7n56uU8

Carnet d’adresses :

The Beatles Story : Albert Dock. Dès que vous arrivez au bord de l’eau, le musée est bien indiqué.

Hôtel Ibis Liverpool Centre Albert Dock : 27 Wapping juste en face d’Albert Dock. Bon, pas trop cher et bien situé.

Blakes Restaurant : Hard Days Night hotel, Central buildings, North John Street

The Cavern Club: 10 Mathew street

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *