Dublin est une ville qui a du vécu et une histoire tout en restant jeune de cœur.


Abordons Dublin avec un stéréotype : l’Irlande c’est la Guinness. Débutons donc notre visite de la ville par Guinness Storehouse, installé dans un bâtiment construit en 1904 qui a servi à la fermentation de la célébrissime jusqu’en 1988.

L’entrée se fait par un atrium en forme de bouteille géante haute de 7 étages. On se promène de l’une à l’autre en escalier roulant ou en ascenseur, à travers de beaux décors, des reconstitutions d’époque qui expliquent les ingrédients, la fabrication, le transport et la mise en marché de la bière. On y apprend aussi la façon de verser une Guinness selon les règles de l’art en la laissant reposer avant de former le collet parfait. L’entrée coûte une quinzaine d’euros selon les rabais consentis et donne droit à une pinte de Guinness servi au dernier étage, un bar entièrement vitré avec une imprenable vue panoramique sur Dublin.
Pour demeurer dans l’esprit hop la vie et mieux connaître le whiskey irlandais, on visite ensuite la vieille distillerie Jameson, fondée en 1780. La tournée guidée du bel immeuble devenu musée va de l’arrivée des grains jusqu’à la livraison des bouteilles et se termine par une dégustation. Pas nécessairement friande de whiskey, j’ai découvert que mêlé au ginger ale il donne un cocktail fruité, doux et facile à boire. Quelques visiteurs privilégiés sont élus testeurs officiels et reçoivent, au terme d’un exercice amusant, un certificat de goûteur émérite.

Le Brazen Head, un pub qui vaut le détour

C’est l’heure du lunch ? Le Brazen Head, plus vieux pub construit en 1198, sert un menu typiquement irlandais. Rénové et agrandi au fil du temps, on ne sait trop ce qui est encore d’origine mais on sent qu’il reste quelque chose de l’ambiance d’autrefois.
Et hop ! On repart pour un après-midi bien rempli. À Dublin il faut bien entendu aller voir la cathédrale Saint-Patrick (l’évangélisateur qui aurait expliqué le concept de la Sainte-Trinité aux Irlandais grâce à un trèfle… Ah ! Voilà l’origine de ce symbole !)

La cathédrale Saint-Patrick

Si vos jambes peuvent encore vous porter, si vous n’avez pas abusé de la Guinness, ou si vous pouvez demeurer un jour de plus, il y a d’autres endroits intéressants à visiter comme le Trinity College, le Dublin Castle, le National Museum of Ireland, la National Gallery of Ireland ainsi que le Phoenix Park, fierté des dublinois.

Cap sur Temple Bar

À Dublin, le quartier chaud, c’est Temple Bar (entre Dame Street et la rivière Liffey dans le centre-ville). Royaume de la bière, du whiskey et de la musique. Les pubs irlandais s’alignent comme des bouteilles sur une tablette et de la rue, on entend les ballades les plus entraînantes, comme The wild rover, assez populaire, où le vagabond clame qu’il a dépensé tout son argent pour faire la fête. Ne cherchez pas de restaurant, c’est dans les pubs qu’on mange le ragoût irlandais (agneau, pommes de terre, oignons et carottes dans une sauce à base de bière brune), le bœuf à la Guinness (of course) ou le Shepherd’s pie. Les repas s’accompagnent parfois d’un spectacle de danse traditionnelle ou simplement d’un orchestre. Entraînant, bruyant, jovial, les Irlandais savent assurément s’amuser.

Temple Bar à Dublin, c’est un pub mais c’est aussi un quartier très animés avec des dizaines d’autres pubs

Adresses dublinoises :

Guinness Storehouse : St James’s Gate, Dublin 8. Old Jameson Distillery : Bow St, Smithfield Village, Dublin 7. The Brazen Head : 20 Lower Bridge.
Où loger ?
À l’Hôtel Jurys Inn, Moore Street Plaza : Parnell Street, Dublin 1, juste à côté de la rue historique O’Connell, à 15 minutes à pied de Temple Bar et à distance de marche de plusieurs endroits cités dans l’article.
S’informer :
Top 10 Dublin, écrit par Polly Phillimore et Andrew Sanger et publié par Eyewitness Travel – 16$ can., fournit toutes les informations pratiques dans un petit guide léger qui se trimbale bien et se consulte facilement.

Autres articles sur l’Irlande :

http://boomersenvoyage.net/2017/04/27/blarney-bunratty-knappogue-et-craggaunowen-lirlande-folklorique/

http://boomersenvoyage.net/2017/04/18/la-verte-irlande-des-cartes-postales-lanneau-de-kerry-et-les-falaises-de-moher/

 

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *