Temples, volcans et plages, la Sicile, bien que l’une des régions italiennes les plus pauvres, offre beaucoup de plaisirs à qui la visite. Voici dix expériences formidables à la sicilienne.

1. Descendre dans le cratère d’un volcan

 

L’environnement a quelque chose de lunaire ou de désertique. Nous marchons sur la pierre de lave, noire, mais ça et là, quelques touffes d’herbe percent le sol d’une touche de vert, comme si elles voulaient démontrer que la vie cherche à s’imposer, toujours, même dans des conditions difficiles. Nous sommes dans le fond du cratère Silvestri sur l’Etna. En ce matin de brouillard intense, la ouate blanche accentue notre impression d’isolement.

Pourtant, nous ne sommes pas seuls. La face sud du Mont Etna, le volcan le plus grand et le plus actif d’Europe, est hautement touristique. On se rend facilement en voiture ou en bus jusqu’au refuge Sapienza, à 1900 mètres d’altitude. De là, on peut prendre un téléphérique pour atteindre les sommets, où l’on se déplace avec un guide seulement. Du refuge Sapienza, on peut également explorer à pied quelques cratères, en toute liberté ceux-là, à son rythme et à sa guise, notamment le Silvestri et le cratère 2001 qui porte le nom de l’année où il s’est formé lors d’une irruption. Les deux cratères sont à quelques trente minutes de marche du stationnement et du refuge, en terrain accidenté toutefois et il ne faut pas s’étonner d’être plus essoufflé qu’à l’habitude à une telle altitude. Rien de très dérangeant si on n’est pas sujet au mal des montagnes.

L’Etna crache souvent de grandes coulées de lave mais elles sont prévisibles et rarement dangereuses pour la population. Un avant-midi sur l’Etna laisse dans nos souvenirs une empreinte particulière et inoubliable.

L’un des cratères de l’Etna facilement accessible à pied.

2. Profiter de l’ambiance de Giardini Naxos

À une soixantaine de km du parc national de l’Etna, le petit port de pêche de Giardini Naxos est devenu une charmante station balnéaire. Ce fut, à l’origine, la première colonie grecque en Sicile, d’où la consonance de son nom. Tout y est pour un séjour de vacances agréable : la plage, la Lungomare (promenade en bord de mer), des boutiques ouvertes tard en soirée, des restaurants, et même des chanteurs qui vont de terrasse en terrasse sérénader à l’italienne les joyeux convives.

Où loger ? Au Naxos Beach Resort, plus de 600 chambres dans plusieurs bâtiments, plage, piscine, bar, jardins luxuriants et restaurants, à 5 minutes de marche du centre de Giardini Naxos. La formule tout inclus est disponible, mais comme il est très agréable de profiter des beaux restaurants tout près, la demi-pension est peut-être préférable.

3. Arpenter Taormine

À une douzaine de km de Giardini Naxos, Taormine est perchée sur une falaise de 1200 m. Sa situation en fait un balcon où se multiplient les points de vue sur la mer Ionienne et sur l’Etna. Taormine a été le lieu de vacances de personnalités comme Tennessee Williams, Jean Cocteau, Greta Garbo, Cary Grant ou Orson Welles. Parmi les points d’intérêt de Taormine : un immense théâtre grec très bien conservé.

Les ruines de Taormine, tout à côté du théâtre grec

4. Voir le marché de Syracuse

C’est immense, les vendeurs de poisson crient à la volée leurs offres en italien, les bouchers découpent les pièces de viande pendues au-dessus du comptoir, ça grouille de partout, y’a de la vie là-dedans ! Le marché de Syracuse se tient tous les matins, entre le temple d’Apollon et la mer. Un spectacle en soi, une abondance de poissons, de viandes, de fruits, de légumes et de produits méditerranéen de toutes sortes. Tant qu’à s’arrêter à Syracuse, on en profite pour voir la cathédrale, le théâtre grec et la très belle piazza Duomo.

5. Monter le super escalier de Caltagirone

Caltagirone est la capitale de la céramique artistique et des vases en terre cuite. D’ailleurs son nom, qui vient de l’arabe, signifie « colline des vases ». Des jolies céramiques, il y en a partout dans la ville, mais le plus impressionnant, c’est l’escalier Santa Maria del Monte avec ses 142 marches toutes décorées de céramiques faites à la main. C’est beaucoup de marches pensez-vous ? L’escalier géant est bordé de boutiques, on le monte tranquillement, par étapes, et le décor est si beau qu’on oublie l’effort.

6. Flâner dans la Vallée des Temples

Agrigente est toujours une zone archéologique importante. Fondée au VIe siècle av. J.-C, elle a été l’une des principales cités du monde méditerranéen. Sept monuments sacrés de type dorique ont été construits dans la Vallée des Temples et plusieurs bâtiments et colonnes sont toujours debout. On peut s’y promener des heures durant car l’endroit est immense et on peut également visiter un musée pour mieux comprendre cette époque. L’ombre est rare et le soleil plombe, il fait chaud et c’est aride. Prévoir, si on est féru de l’histoire de l’antiquité et qu’on pense explorer les moindres détails, beaucoup d’eau, beaucoup de crème solaire et même un parapluie pour faire écran. La ville d’Agrigente est située sur la colline voisine de la Vallée des Temples (les deux collines se font face), on y trouve boutiques, restaurants et hôtels. J’y ai savouré une salade sicilienne : tomates, oignons, olives et oranges, delicioso, sur une terrasse élevée avec vue sur la mer. (L’Ambasciata di Sicilia, Salita Giambertoni).

L’un des temples d’Agrigente

7. S’émouvoir devant le temple de Ségeste

De ce que fût Ségeste au IIIe siècle av. J.C., il ne reste plus qu’un théâtre et le temple de Cérès. Mais quel temple ! Magnifique, immense, et isolé dans un écrin de nature, sur le mont Barbaro. C’est avec une certaine émotion que nous l’avons longé, côtoyé et admiré. Le temple semble n’avoir jamais été terminé, il n’a pas de toit ni de trace d’un espace liturgique à l’intérieur. C’est un impressionnant lieu vide entouré de colonnes. C’est, je crois, ce qui lui donne un aura de mystère un peu solennel. On peut y monter en bus et redescendre à pied, un bon compromis pour faire son exercice sans s’épuiser. N’oubliez pas, le soleil de la Sicile est cuisant.

Question pratique : Ségeste est à 75 km de Palerme, capitale de la Sicile.

Le spectaculaire et émouvant temple de Ségeste

8. Admirer la cathédrale de Palerme

Wow ! Magnifique ! Je suis restée sur le parvis, ébahie, pendant quelques minutes. La cathédrale de Palerme est une église catholique romaine édifiée au XIIe siècle par les Normands à partir d’une ancienne mosquée. Ce qui la rend remarquable, ce sont les différents styles architecturaux qui se superposent et se fusionnent pour en faire un ensemble harmonieux. C’est son extérieur qui est le plus surprenant et elle pose un défi aux photographes; vu sa largeur, en effet, on peut difficilement l’entrer dans le cadre et si on prend trop de recul, on en perd les détails.

La magnifique cathédrale de Palerme

Si on veut poursuivre sa visite sur le même thème, on peut se rendre à la cathédrale Santa Maria Nuova de Monreale, à une douzaine de km, qui marie aussi les styles normand, arabe et byzantin. Il faut entrer voir les mosaïques intérieures en or qui représentent l’ancien et le nouveau testament. Un escalier de 180 marches mène vers un point de vue exceptionnel sur la vallée Conca d’Oro

Où loger à Palerme ? À l’Hôtel Ibis Styles Palermo, Via Francisco Crispi 230, face au port, et prendre l’apéro sur le toit en regardant l’arrivée et le départ des bateaux de croisière.

À Palerme, on va se balader sur la Corso Vittorio Emanuele, la plus ancienne rue de la ville et surtout on se rend à l’intersection des quatre coins, qui représentent les quatre saisons, une beauté architecturale surprenante. Aux environs du Teatro Massimo, une succession de rues et de ruelles regorgent de terrasses et de bars.

9. Se reposer à Modello

À 5 km du centre-ville de Palerme et accessible en autobus, le lido de Mondello est une plage animée et fréquentée par bon nombre de palermitains. On peut y aller pour une pause pendant son séjour à Palerme et revenir en ville pour le souper et la soirée.

10. Découvrir des saveurs à la sicilienne

Nous avons accompagné tous nos soupers siciliens de Nero d’Avola (oui, on le trouve à la SAQ, mais sur place nous en avons découvert toute la richesse sauvage). Puissant et foncé, le Nero d’Avola est le cépage rouge le plus populaire de la Sicile. Nous avons particulièrement aimé les 100% Nero d’Avola ainsi que les assemblages avec le cabernet sauvignon ou le syrah.

C’est aussi en Sicile que j’ai découvert l’arancini, spécialité culinaire de cette île italienne et croyez-moi, j’en ai testé plusieurs. L’arancini est une boule de riz panée et frite, farcie de viande et de sauce tomate, c’est la version classique, mais il en existe une multitude de variantes, mes préférées sont celles farcies de mozzarella ou de jambon. Perso, j’ai adoré ! Au Québec, les meilleures que j’ai trouvées sont au restaurant Le maudit français dans le Vieux-Terrebonne.

Enfin, notre virée sicilienne nous a fait découvrir le granité au citron qu’on trouve partout, partout, dans les cafés et même sur la rue. Cette boisson gelée est délicieuse et particulièrement rafraîchissante quand le mercure frôle les 40 degrés Celsius. C’est un excellent digestif sans alcool quand on veut garder la tête froide – et l’estomac aussi. Attention, il faut savourer lentement.