Pastas, vino et bord de l’eau : la recette du bonheur à l’italienne.

Sur les côtes de la Ligurie et de l’Adriatique, ou dans la région des grands lacs, des vacances sur les beaux rivages de l’Italie du nord.

Santa Margherita Ligure

Située sur la riviera italienne, entre Provence et Toscane, Santa Margherita Ligure semblait nous dire benvenuto, j’ai tout ce que vous aimez : la plage, les palmiers et les trattorias. Jour de chance ! On nous a assigné une chambre jouxtée d’une grande terrasse avec vue sur le golfe de Gênes. Passant par Canelli dans la région du Piémont en matinée, nous avions visité la maison Gancia et rapporté une bouteille de spumante. Notre splendide terrasse était le lieu idéal pour trinquer à notre bonheur, en nous promettant que notre premier voyage en Italie ne serait pas le dernier.

Happy hour, souper et nightlife, à Santa Margherita, c’est piazza Martiri della Libertà que ça se passe. Les jeunes s’y retrouvent; les touristes aussi, alors que les restaurateurs les interpellent depuis le trottoir pour offrir leurs délectables créations culinaires. Si les italiens mangent les pastas en prima platta (entrée) et la viande seule, par la suite, chez Da Emilio, ils ont accepté, bien que surpris par notre demande mais visiblement disposés à nous faire plaisir, de tout servir dans la même assiette : l’escalope parmagiana et les pâtes sauce tomate. Grazie, deliziosi… Longeant ensuite la promenade au bord de l’eau, nous nous sommes attardés à la terrasse de l’Hôtel Metropole, face à la mer, pour siroter un café irlandais. Certains jours, la vita è bella.

De Santa Margherita, on peut rayonner vers Portofino ou Gênes (une trentaine de kilomètres) si cette ville, célèbre pour ses palais, nous intéresse.

La plage de Santa Margherita Ligure

Portofino

En période touristique, un traversier assure régulièrement l’aller-retour entre Santa Margherita et Portofino, le trajet dure une trentaine de minutes. Escarpé et absolument magnifique avec ses maisons colorées, Portofino est fréquenté par le jet set italien, les bateaux de plaisance d’un luxe inouï accostés dans la baie en témoignent. Nous sommes débarqués en plein tournage d’une pub alors qu’une mannequin en vêtement sport haut de gamme déambulait avec une planche à vague devant la crique, les pros du marketing profitent aussi de ce décor idyllique.

Suggestion : arriver à Portofino durant l’avant-midi, monter jusqu’au phare, s’ébahir des points de vue spectaculaires tout au long de la promenade et, là-haut, savourer une gelato. Redescendre lentement, s’arrêter à l’église et au château, et revenir dîner devant la crique entourée de terrasses. Profiter de l’après-midi pour flâner dans les trois rues et boutiques du village puis reprendre le traversier vers Santa Margherita. C’est ce que nous avons fait et nous qualifions l’expérience de journée de détente parfaite.

La marina « Jet Set » de Portofino

Les Cinque Terre

Cinq villages minuscules perchés à flanc de rocher : à voir. On se déplace dans les Cinque Terre en train (pas climatisé et suffocant à certaines heures mais assez rapide); ainsi qu’en traversier (plus agréable mais plus lent). Une combinaison des deux, à partir de Gênes ou de La Spezia, est probablement l’idéal. Aux Cinque Terre, le temps suspend son vol et chacun privilégie son propre rythme : visiter les cinq bourgs en une journée est aussi faisable que de s’y attarder pour un séjour plus long.

À l’automne 2011, peu après notre passage, la région a subi d’inhabituelles pluies torrentielles qui ont causé de lourds dégâts à certains endroits, mais les Cinque Terre invitent toujours les touristes à s’y rendre.

Partis en bateau de La Spezia vers Riomaggiore, premier bourg, nous avons marché par la Via dell’Amore vers Manarola, second village, à 1 km. La promenade est aménagée à flanc de rocher, le décor se veut agréable : présence de cactus, de palmiers et d’un accordéoniste à certains endroits; mais à d’autres, malheureusement, les touristes ont ambitionné sur les graffitis et attaché des sacs de plastique aux clôtures en remplacement des traditionnels cadenas de l’amour, moins jolis et assurément moins écolos dans un parc naturel.

À Manarola, ce ne sont pas des voitures que les résidents garent devant leur porte, mais des chaloupes ! Eh oui, sur le pavé. Si on s’étonne d’abord, on comprend ensuite que le manque d’espace oblige. Car pour vivre à Manarola, il faut certes pouvoir se contenter d’un espace vital réduit au strict minimum. Pour les touristes, toutefois, l’ambiance est plaisante, rythmée d’airs italiens entraînants diffusés sur la rue (devrais-je écrire la ruelle) principale.

Manarola dans les Cinqueterre

De Manarola, nous avons repris le traversier, vu Corniglia, le troisième bourg, de loin, car celui-là est inaccessible depuis la mer. À Vernazza, nous avons dîné sur la terrasse la plus haute perchée, celle avec des rideaux blancs, au sommet du rocher. Le chemin n’était pas évident à trouver à travers un dédale de ruelles, d’escaliers et de cours intérieures, mais il a valu la peine de demander plusieurs fois notre chemin : la bouffe était excellente et la vue imprenable.

Une dernière traversée en bateau vers Montorosso, le village avec une plage de galets, entouré de collines où poussent la vigne et les oliviers. Un petit tour dans les boutiques à touristes, une autre gelato, elles sont si bonnes, puis retour à La Spezia en train.

La Via dell’Amore est la promenade la plus populaire parce que facile et accessible à tous, d’autres sentiers pédestres joignent toutefois les villages entre eux. Leur longueur et leur degré de difficulté varient. Si on choisit cette façon d’explorer les Cinque Terre (plusieurs le font), il importe de bien s’informer, de bien s’équiper de cartes (ce ne serait pas l’endroit pour se perdre) et d’un dictionnaire (loin des zones commerciales, on ne parle que l’italien). Il importe aussi de bien évaluer le temps nécessaire pour parcourir de longues distances avant la noirceur autant que ses capacités à le faire.

Venise

Passant de la mer de Ligurie vers la mer Adriatique, pourrait-on parler de l’Italie au bord de l’eau et omettre Venise ? Non. Faut voir ce phénomène, ses canaux et son histoire. Faut voir la Place Saint-Marc et le Palais des Doges, le Grand Canal, le Pont Rialto et celui des soupirs. Nous avons vus. Mais nous avons été davantage charmés, pour le calme et les couleurs ahurissantes de ses maisonnettes, par la petite île de Burano, un Venise en miniature où vivent pêcheurs et dentellières. Oui, il faut reprendre le vaporetto; oui c’est long, un peu compliqué avec les transferts et les nombreux arrêts, mais ça vaut le coup. Ce bouquet de bleu, de vert, de rouge et de safran est un poème de couleurs. Après cette escale douceur, nous sommes revenus près de la Place Saint-Marc, où nous voulions souper. « Ça va vous coûter les yeux de la tête, » nous avait-on dit. Notre coup de cœur : la Trattoria Al Leoncini, dans une petite ruelle commerciale très animée, si près de la Place Saint-Marc qu’on la voit si on s’assoit à l’extérieur. Nous nous sommes régalés moyennant une facture très acceptable, tiramisu inclus et Limoncello gracieusement offert par le patron.

Venise…

La région des lacs

Quelques jours dans la région des lacs du nord ont enrichi notre collection de beaux souvenirs. Au bord du lac de Garde, en promenade à Lazise, sur une terrasse, j’ai découvert l’acqua menthe, un breuvage frais et délicieux. À Garda, nous avons choisi, pour le souper, la table la plus près du lac; nous avons mangé et trinqué en regardant le soleil se coucher. C’est aussi de Garda que nous avons pris le bateau vers la presqu’île de Sirmione. Coup de cœur pour ce coquet village où Maria Callas a vécu dans les années cinquante. Nos suggestions : visiter le château des Scaligeri, monter jusqu’au site de la grotti di Catulo, marcher lentement dans les jolies rues, profiter de la plage, et partager une assiette de fromage au Bar Moderno, sur la grande place près du débarcadère.

Je ne pouvais quitter l’Italie sans voir la région où l’on produit le Valpolicella, mon vin préféré depuis toujours, d’autant plus que nous n’étions qu’à une vingtaine de kilomètres. Petit crochet par Vérone la romantique, superbe ville où j’ai magasiné Via Mazzini, artère commerçante dont le sol est en marbre de Valpolicella (tiens, ils ne fabriquent pas que du vin). Impossible non plus de passer à Vérone sans voir le balcon de Juliette et sans manger sur Piazza Bra, juste devant les magnifiques arènes.

À l’aéroport de Milan, j’ai pris mon dernier Latte Macchiato, une autre savoureuse découverte et depuis mon retour, je cherche un café qui m’en fera d’aussi bons que ceux que l’on me concoctait là-bas. Ciao Bella !

Infos pratiques :

En septembre, il fait beau et chaud en Italie. C’est cependant la haute saison touristique et les destinations incontournables comme Venise ou Vérone sont très, très achalandées.

Pastas et vino sont une combinaison alimentaire pas très chère. Les pâtes déclinées en innombrables versions sont toujours bonnes, qu’on s’offre une grande table ou une petite trattoria. Le vin aussi.

Les restaurants n’acceptent pas tous les cartes de crédit et les retraits au guichet se compliquent quand les menus sont en italien. Mieux vaux prévoir une réserve d’euros comptants.

On rapporte bien entendu du cuir d’Italie, les magasins de chaussures et de sacs abondent. Attention aux contrefaçons chez des commerçants qui n’ont pas de place d’affaires et qui installent carrément la marchandise par terre. Dans certaines villes, les policiers les chassent mais ils reviennent aussi vite.

Quelques adresses :

À Santa Margherita Ligure : Park Hotel Suisse, Via Favale 31. Demander une chambre avec vue sur le golfe. Hotel Metropole, Via Pagana 2. Ristorante Pizzeria Da Emilio, Piazza Martiri della Libertà 2.

À Venise : Trattoria Al Leoncini, S.Marco 352-372.

À Garda : Albergo Ristorante Piccolo Hotel, Piazza Catullo, 11-12.

À Sirmione : Bar Moderno, Piazza Carducci, 30.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *